Musicothérapie
Principes et
axes proposés
Principes et
axes proposés
Priorité à la musique en direct et à l’improvisation

En musicothérapie, il est souvent utilisé de la musique enregistrée, qui a pour avantage de pouvoir être très variée, et ne demandant pas au thérapeute des compétences instrumentales longues et difficiles à acquérir.

Mais la musique jouée en direct possède des atouts irremplaçables.

Du point de vue vibratoire

La musique enregistrée n’est actuellement pas capable de reproduire la totalité des harmoniques, c’est- à -dire la composante exacte du timbre de la voix ou des instruments. C’est ce qui explique que le son, même sur une très bonne chaîne stéréo, ne peut se confondre avec le son du même instrument ou du même orchestre jouant en direct dans la même pièce.

Du point de vue de la souplesse

Ne laissant aucune place à l’improvisation, la musique enregistrée ne peut en aucun cas s’adapter sur l’instant à l’état émotionnel du patient, changer de rythme, de tonalité, de nuance ou de tempo, introduire des silences...

Du point de vue de l’émotion

En direct et en acoustique, la musique est une expression de l’instant, réelle dans son rapport spatio-temporel. Elle permet la création d’une véritable intimité sensorielle entre l’acteur musicien et l’acteur auditeur.

Pourquoi la contrebasse ?

L’échelle sonore moyenne des sons fondamentaux de la contrebasse, se situe entre 41Hz et 300Hz. Ces fréquences sont ressenties par tout individu depuis sa vie fétale, par vibrations sur les os du crâne, bien avant la formation du système auditif. Associées à des modes de jeux et des tonalités précises, elles apportent au fœtus comme dans la vie extra-utérine, sensation de calme et de bien-être. Certaines de ces fréquences sont bien connues des kinésithérapeutes, qui les emploient à titre rééducatif (50Hz fréquence stimulante, 110Hz fréquence antalgique...).

Le timbre de la contrebasse, très riche en harmoniques du fait de la grande longueur des cordes, n’est jamais agressif ou perturbant.

Cet instrument permet, par ses deux modes de jeux principaux, pizzicato (avec les doigts) et arco (avec l’archet), de travailler le son dans une large palette de structures émotionnelles. En relation avec les différentes hauteurs, les rythmes et les intervalles choisis, il est aisé pour un instrumentiste de bon niveau de faire naître un mystère, d’apporter une assurance, une fiabilité fondamentale, de suggérer des directions affirmées ou évasives selon les besoins.